Au plaisir du texte : schèmes narratifs et démarche de récognition

Adossée aux stratégies de compréhension, la lecture de Composition no 1 dépend des schèmes narratifs convoqués par chaque lecteur. Les entretiens du groupe B mettent en évidence que la première reconstruction textuelle se fait à partir de schémas narratifs pré-établis1. La familiarisation passe par l’assimilation avec le connu. Ainsi, lors de sa première lecture, B4 mêle-t-elle motifs du roman de guerre et du roman érotique2. De la même manière que, dans Le Château des destins croisés, Calvino convoque sa mémoire des œuvres, le lecteur relie les éléments de Composition no 1 à des déroulements narratifs dont il a connaissance. Néanmoins, au fil des relectures, on assiste à une évolution des schèmes narratifs employés. Lors du premier contact avec le texte, le lecteur recherche des marques de récognition3. Sans repères manifestes, il a besoin de rendre le texte compréhensible. Dès la deuxième lecture, le schème narratif pris comme référence se délite tandis que le texte de Composition no 1 acquiert une identité4. Indépendamment de toute qualité objective, le plaisir de lecture réside dans la dynamique des rapports entre schèmes de lecture et fait textuel5. Le texte n’est apprécié qu’à partir du moment où il est mentalement installé ; la lecture suppose une forme de lâcher prise qui se révèle impossible lorsque le texte échappe continuellement.

Étant donné l’éclatement diégétique de Composition no 1, la tension narrative dépend en grande partie de ce laisser-aller face au texte. Propre à l’activité lectrice, cette “tension ludique” est définie par Baroni comme “une anticipation teintée d’incertitude qui confère des traits passionnels à l’acte de réception”6. Néanmoins, lorsque l’on soupçonne que les doutes ne seront jamais levés, comment attendre quoi que ce soit de la suite du texte ? Comment le lecteur parvient-il à s’attacher à la fiction ? Parce qu’elle se fonde sur des processus de récognition (repérage de motifs de rappel), la lecture de Composition no 1 est constamment tournée vers le passé. Elle échappe à toute téléologie. Cognitivement, le lecteur est entièrement occupé à reconstruire ce qu’il a lu. Durant le temps de la lecture, il n’est pas en mesure de projeter des scénarii possibles. En cela, Composition no 1 relève de ce que Baroni nomme une “mise en intrigue par la curiosité7. Tout comme le suspense, la curiosité est une forme “d’incertitude anticipatrice”8. Néanmoins, contrairement à celui-ci, la curiosité est étrangère à la temporalité de l’action9. Résultat d’un délai informationnel, la curiosité assure une structuration globale de l’intrigue10. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il s’agisse du mécanisme au fondement du suspense paradoxal de Composition no 1. Même si le roman de Saporta joue avec les frustrations de son lecteur, il lui donne également l’envie de résoudre le puzzle qu’est le livre11.


1 Baroni parle de “script” ou de “scénario commun” pour désigner l’ “univers de présupposés” qui permet au lecteur d’identifier l’action et de combler les blancs du récit. Voir Raphaël Baroni, La Tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, Paris, Seuil, 2007, p. 169.

2 Voir “Entretien B4” : “Dans le texte, ce sont surtout des descriptions extrêmement précises […], donc il n’y a pas de récits généraux. J’ai plutôt utilisé d’autres romans qui traitaient de destins particuliers au sein de la guerre (sur les rencontres, sur le fait que des choses complètement hors de la guerre naissent au sein de la guerre) et aussi des récits érotiques qui prenaient la Seconde Guerre mondiale comme cadre, parce que cela faisait plus piquant.”

3 Dans la lecture de Composition no 1, l’importance des phénomènes de récognition place le texte sous le signe du “suspense paradoxal” dont parle Baroni. Face à l’éclatement du roman, la tension narrative se déplace dans l’espoir de la réapparition d’un élément connu (détail textuel, schème narratif, etc.). Cela est directement lié à la dimension “résolument non-coopérati[ve]” de l’œuvre de Saporta. Sur ce point, voir Raphaël Baroni, La Tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, op. cit., p. 227 et 255.

4 Lors de la deuxième phase de lecture, B1 trouve une cohérence manifeste entre les feuillets 68, 99, 107, 132, 150. Voir “Entretien B1” : “La lecture que j’ai faite tout à l’heure des cinq autres pages ne m’a pas du tout aidée dans cette lecture-là. J’ai essayé de retrouver des éléments à raccrocher à la lecture précédente… J’en suis incapable […] Il y en a quand même quatre feuillets qui se répondent parfaitement et qui créent une cohérence autour de l’histoire de Helga, avec en plus cet article de loi […] C’est vrai que l’on peut s’interroger sur le hasard pour le coup.” Lors de sa deuxième lecture, B2 consulte les feuillets 29, 68, 95, 107 et 132. Elle n’a donc que deux feuillets en commun avec ceux que lit B1 en seconde lecture. Pourtant, elle trouve elle aussi que le texte gagne en cohérence et en profondeur. Voir “Entretien B2” : “Le deuxième [paquet] donne de la profondeur au premier paquet, que moi j’ai trouvé moins intéressant. Peut-être parce que l’histoire m’intéresse moins en fait. Et j’ai trouvé aussi que le deuxième paquet était mieux écrit […] Il y a de belles images, des choses qui sont assez fortes voire touchantes […] Le premier paquet, je l’ai trouvé d’une narration beaucoup plus classique.”

5 Conformément à ce qu’écrit Barthes, le schème est ce par quoi le lecteur se sent désiré par le texte. À travers le schème, c’est le personnage de l’auteur que le lecteur retrouve au milieu du texte. Cf. Roland Barthes, Le Plaisir du texte, Paris, Seuil 2002, p. 20.

6 Voir Raphaël Baroni, La Tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, op. cit., p. 17-18.

7 Ibid., p. 267.

8 Ibid., p. 100.

9 Ibid., p. 267.

10 Ibid., p. 24 et 267.

11 Pour exemple, voir “Entretien B2” : “J’aimerais bien savoir si le narrateur est ce personnage-là ou si les pages que j’ai eues sont juste des passages au point de vue interne.” À l’issue de la lecture, B2 forme un projet de récognition à partir duquel envisager les feuillets suivants.



Citer ce billet
Sébastien Wit (2020, 5 novembre). Au plaisir du texte : schèmes narratifs et démarche de récognition. Romans du hasard. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1p