Mécanismes de l’individuation : s’assumer lecteur

Au cœur de l’expérience de lecture de Composition no 1, se trouve la valeur que le lecteur accorde à sa production péri-narrative. On touche ici à des questions de légitimité. Le lecteur doit être prêt à voir sa propre parole comme une œuvre.

Le corpus met en rapport le roman de Saporta avec Le Château des destins croisés de Calvino. À travers cette comparaison, la légitimité de la péri-narrativité calvinienne peut être transférée à la lecture des feuillets de Composition no 1. Néanmoins, comme le montre l’entretien B5, rien dans le dispositif de Composition no 1 ne vient aider le lecteur à endosser la responsabilité du texte. La plupart des personnes interrogées lors des entretiens mettent en suspens leur compréhension générale de l’œuvre. Elles estiment qu’il leur manque des feuillets pour se prononcer1.

Cela pourrait apparaître comme l’une des conséquences du format de l’entretien. A priori, la connaissance des cent cinquante feuillets devraient permettre à tous les lecteurs de reconstituer les noyaux narratifs de Composition no 1. Néanmoins, dans l’esprit de Saporta, la lecture totale n’est sans doute pas la vraie lecture du roman. En effet, rien n’indique que Composition no 1 doive être lu en entier. Bien que cela puisse paraître implicite, l’apparatus romanesque n’engage en rien à une lecture exhaustive. Parmi les feuillets, plusieurs sont des doublons2. Augmentant la probabilité pour le lecteur de rencontrer des fragments narratifs spécifiques, ces feuillets redondants facilitent une lecture partielle du roman. Le lecteur n’est pas censé avoir en main toutes les cartes de Composition no 1. Jouant avec les chances de tirage, le romancier essaie simplement d’influer sur ce que le lecteur risque de lire. Par ailleurs, on constate l’épuisement rapide du dispositif textuel. Face à la pile des feuillets, un sentiment de lassitude gagne rapidement le lecteur. Il paraît davantage intéressant de lire quelques feuillets, puis de remélanger immédiatement le texte pour voir ce qui va changer3. Changer l’ordre au bout de cent cinquante pages semble quelque peu fastidieux, surtout si le lecteur est amené à relire des feuillets identiques.

Le développement d’un tel sentiment de lassitude n’est pas spécifique à la littérature hypertextualisée. S’il requiert de cliquer successivement sur cent cinquante liens, tout hypertexte perdrait son lecteur. Sur le plan cognitif, l’hypertexte oblige à un effort attentionnel constant. Chaque lien induit un décrochage discursif, une béance de sens que le lecteur doit combler. Même si ce dernier persévère dans sa lecture, sa mémoire de travail ne peut pas gérer simultanément l’extrême dispersion informationnelle. Lors des entretiens du groupe B, plusieurs personnes ont fait l’expérience d’un effet-tunnel4. Pour certains feuillets, la lecture ne s’est accompagnée d’aucun effort attentionnel. Traitées en pure perception, ces pages ont été lues d’une manière quasi-automatique. Dans la plupart des cas, cette lecture évasive s’est accompagnée d’une stratégie compensatoire : le feuillet a été réduit à sa première phrase5. En raison de sa typographie remarquable, celle-ci a fait office de repère textuel.

Généralement, on considère qu’un empan mnésique permet le traitement simultané de sept éléments6. Une fois cet empan dépassé, le déploiement de stratégies de lecture devient nécessaire. Ainsi, pouvons-nous penser au cas de B3 qui classe les feuillets en plusieurs piles, selon les liens qu’il crée au fil de sa lecture7. En revanche, B6 met en œuvre une stratégie totalement différente. Utilisant la contrainte de l’ordre des feuillets, il s’oblige à créer des liens en dépit de l’arbitraire des enchaînements8. Dès lors, la lecture de Composition no 1 suit potentiellement deux direction : celle de la lecture-compréhension classant les éléments à partir d’indices textuels précis (personnages récurrents, lieux mentionnés, etc.) ; et celle de la lecture-création, utilisant la séquentialité imposée par les feuillets afin d’établir des liens inédits, propres à l’expérience lectoriale.


1 Voir “Entretien B7” : “C’est un peu frustrant de se dire qu’il faut mettre de côté une partie de ce que tu as lu, sous prétexte que tu ne retrouves pas une continuité dans l’histoire. Tu as l’impression qu’il y a un manque… qu’il manque quand même une partie de l’histoire.”

2 Ces feuillets doublons ne sont jamais strictement identiques. Néanmoins, ils contiennent pratiquement les mêmes informations. On les reconnaît notamment à la construction de leur première phrase. Pour exemple, cf. Composition no 1, f. 96 : “DAGMAR descend la rue de son pas indifférent mais ferme”, et ibid., f. 97 : “DAGMAR avance de son pas souple d’animal racé.” Si les deux feuillets peuvent se compléter mutuellement, ils sont également interchangeables du point de vue de la narration. Le même phénomène s’observe pour les feuillets traitant du “bureau” ou de “l’escalier”. Si ces redondances contribuent à la cohérence interne du texte, elles sont superflues pour l’expérience de lecture.

3 On peut d’ailleurs supposer qu’il s’agit là du mode de lecture privilégié pour l’édition iPad de Composition no 1. Dans la mesure où cela ne demande plus qu’un seul clic, le support numérique facilite les bouleversements successifs de l’ordre des pages.

4 Voir “Entretien B1” : “[Le feuillet 150,] je l’ai lu en deuxième. Et, en fait, je l’ai écarté de ma tête. Parce que je ne comprenais rien. Je ne comprends pas en fait. Je ne sais pas qui sont ces personnages, à part Helga. Comme ce sont juste des paroles un peu dans tous les sens, je ne sais pas du tout quelle est la situation. Du coup, je l’ai complètement écarté de ma tête à la lecture. Après, j’y suis revenu à la fin pour essayer de voir si ce que j’avais lu m’aidait un peu plus.” On notera que l’effet-tunnel peut être contré par le biais d’une stratégie de relecture : le feuillet ignoré est éclairé a posteriori grâce aux autres pages.

5Entretien B5” : « Je trouve que c’est la première phrase en fait. Je rentre beaucoup plus dans “LA NUIT est très noire” que dans “LA MAISON est vide”. “LES JAMBES nues de Helga”, ça m’est égal. “ASSISE sur le divan”, ça m’est égal aussi.”

6 Voir Michel Hupet et Martial Van der Linden, Le Vieillissement cognitif, Paris, Presses Universitaires de France, 1994, p. 38.

7 Voir “Entretien B3” : « La troisième page, c’était “LA NUIT est très noire” avec les Allemands. Comme j’ai vu “une grande belle fille aux cheveux blonds”, j’ai fait le lien avec Helga. Après, la quatrième page, c’était “LA MAISON est vide. La bonne est sortie faire des courses”. C’est la page avec l’enfant. Je l’ai mise avec celle-là […] parce qu’il y avait un passage qui disait “Pas un ne tient normalement debout. Une forme tombe. Un soldat se baisse. Un coup de feu. Le soldat se relève” ; comme si c’était des soldats de plomb : l’enfant joue avec, il les fait tomber, il les relève. C’est pour cela que j’ai fait le rapport entre les deux.”

8Entretien B6” : “Je passe d’une scène à une autre et je fais des liens, dans ma tête, par rapport à certains détails de chaque page. Le fait d’avoir commencé par lire des articles de loi sur le viol, je me dis qu’il y a un personnage qui a été violé […] Ensuite, vu que Dagmar soit en train de boire du vin alors que j’ai lu juste avant que la Résistance s’est emparée du vin dans un village, je fais un lien entre les deux scènes.”



Citer ce billet
Sébastien Wit (2020, 5 novembre). Mécanismes de l’individuation : s’assumer lecteur. Romans du hasard. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1w