Face à l’incertitude : lecture et prises de risque

Étonnamment, si l’intuition peut laisser augurer une plasticité des lectures proposées par les personnes interrogées lors des entretiens, l’expérience montre qu’il n’en est rien. Même s’il admet la possibilité de quelques interversions, chaque lecteur ne reconnaît pour autant qu’un seul sens aux feuillets1. À quelques détails près, tout le monde est supposé comprendre la même chose2. Généralement, cela est mis en lien avec les lignes diégétiques imposées par le feuillet liminaire. Ainsi, B4 considère-t-elle les feuillets de Composition no 1 comme les images d’une bande dessinée à remettre dans l’ordre3. Sur le principe des exercices pour enfants, chaque lecteur doit parvenir – peu ou prou – à la même histoire. Parmi les personnes du groupe B, B4 fait partie de celles ayant pris connaissance du feuillet liminaire uniquement lors de la deuxième lecture des feuillets. Comme la plupart des membres du groupe ayant vécu cette expérience de lecture, elle a manifesté une vive déception devant cette irréductibilité de la parole de l’auteur4. Le dispositif romanesque apparaît verrouillé ; un carcan auctorial empêche toute ouverture interprétative.

Cependant, face à la diversité des interprétations recueillies lors des entretiens, il paraît difficile de considérer que Saporta ferme complètement toute originalité interprétative. En réalité, le feuillet liminaire produit plutôt une image fantasmée de l’intention auctoriale. Perçues comme l’incarnation de ce que l’auteur a voulu dire, les pistes diégétiques ouvrant Composition no 1 deviennent l’horizon d’attente poursuivi par le lecteur. Il se met en quête du récit qui serait le plus proche de celui imaginé par l’auteur5.

Ce jeu de pistes lancé par le feuillet liminaire de Composition no 1 peut se vivre comme un défi à la compétence lectoriale. Lors de l’entretien, B5 insiste sur la violence des rapports de force entre intentions lectoriale et auctoriale6. Certes, la lecture de Composition no 1 comporte une dimension ludique plaisante7. Mais, être lecteur de Saporta revient également à courir le risque de ne rien comprendre, d’être relégué au rang de mauvais lecteur, incapable de se détacher de la lecture linéaire8.

Déstabilisante, l’expérience hypertextuelle rappelle que toute lecture comporte des risques. Si cela est vrai également pour le cas du roman conventionnel, le bruit de l’hyper-roman exacerbe davantage cette insécurité lectoriale. L’émotion et la sensibilité du lecteur influent directement sur ses stratégies de lecture. Lors de plusieurs entretiens, les personnes interrogées se sont abstenues de toute reconstruction du texte. Les feuillets sont pris pour eux-mêmes, et non comme les éléments d’un ensemble. En l’absence de création de liens entre les pages, leur compréhension prend la forme d’une péri-narrativisation sans intrigue.

Cette expérience du risque fait partie intégrante du hasard de l’œuvre. En effet, il n’y a pas de hasard sans risque9. De nature entropique, l’incertitude communicationnelle s’accompagne du risque de se tromper. En situation de risque, tout sujet est confronté à une prise de décision rationnelle. La prise de risque suppose de peser les avantages et les inconvénients10. Dans le cas de Composition no 1, elle dépend de la réception du feuillet liminaire. Si ce dernier laisse une impression de complétude informationnelle pré-établie, le risque n’a que peu d’intérêt. Au bout du compte, seul ce qu’a dit l’auteur aura une valeur ; l’histoire que se recréera le lecteur n’en aura aucune11. Pour se prêter au jeu, le lecteur doit être persuadé de la légitimité de son entreprise péri-narrative.


1 Dans le groupe B, seul B6 donne une importance à l’ordre des feuillets. Chaque ordre le conduit à construire une histoire différente. “Entretien B6” : “Je ne pense pas qu’il y ait une vraie histoire. Je pense qu’il y en a une multitude et qu’ensuite elle varie à chaque lecture, à chaque mouvement des pages.”

2 Voir “Entretien B1” : “Dans ta tête, tu peux mettre les choses dans un ordre différent, par rapport à une autre lecture qui sera faite. Peut-être qu’il y en a qui vont te dire qu’il y a d’abord eu ceci ou cela. Mais, dans les éléments importants, quel que soit l’ordre des événements… l’ordre du déroulement des événements… à mon avis, on n’arrive qu’à une seule histoire : c’est-à-dire ce personnage-là, ce qu’il fait pendant la guerre, les personnages qui sont en lien avec lui… Je ne pense pas qu’on puisse avoir des versions qui diffèrent tant que cela.”

3 Voir “Entretien B4” : “C’est comme la grande mode des films achronologiques où, finalement, tout le monde comprend la même histoire. Il suffit de remettre les choses dans le bon ordre ; ou les petits exercices qu’on fait quand on est gamin où on nous donne des vignettes de BD et on doit les remettre dans le bon ordre avec début, milieu, fin. On fait la même chose. Donc on peut nous les donner dans le désordre, on essayera de reconstituer un ordre avec les éléments.”

4 Ibid. : “À vrai dire, ce n’est plus très intéressant pour moi […] Parce que là, même en mettant les pages dans le désordre, on reste sur une ligne que tout le monde aurait en tête. On se dit que la focalisation est celle d’un personnage masculin, qui était Résistant, qui a connu deux femmes, etc. Sinon, on pouvait se dire que là c’est peut-être vu à travers les yeux de Dagmar, là à travers les yeux de Helga. On pouvait imaginer d’autres choses.”

5 Voir “Entretien B1” : “Parce que cela demande quand même beaucoup d’efforts, c’est une lecture qui demande un effort, un investissement, qu’on a ou non envie de faire quand on est un lecteur. Du coup, comme je trouve que c’est beaucoup demander à son lecteur… c’est une lecture très exigeante… on attend… il y a un peu une obligation de résultat.”

6 “Entretien B5” : “C’était délibéré de ne pas vouloir suivre les règles de l’auteur […] C’est l’idée qu’il y ait une instance supérieure […] En fait, comme j’avais peur de ne pas pouvoir retracer l’intrigue, je me suis dit : “Je prends la lecture non-analytique ; comme ça je n’aurais rien à me reprocher, je verrai les choses d’une manière plus lointaine et ce sera plus agréable que d’essayer de retracer une intrigue qu’il n’est peut-être pas possible de retracer.””

7 “Entretien B8” : “Une lecture amusante […] Avec le format utilisé, comme une jeu (une partie énigme), tu es assez décontenancé. Du coup, c’est assez amusant, surtout pour la page de dialogue [feuillet 150]. Ce sont comme des répliques de théâtre qui vont lancer encore d’autres pistes.”

8 “Entretien B6” : “Cela peut produire une forme de plaisir esthète, pour des personnes qui sont sensibles à ce type d’écriture et ce type de littérature. Mais je ne pense pas que beaucoup de personnes soient aptes – moi le premier d’ailleurs – à s’amuser avec des feuilles et à les remuer […] Ce n’est pas que cela m’a semblé pénible mais c’est vrai que j’ai été habitué – et on m’a habitué – à avoir une lecture linéaire. Donc j’ai des automatismes qui sont ceux de la lecture linéaire.”

9 Parce que la lecture est une action, elle est toujours une prise de risque. Voir Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF Éditeur, 1990, p. 107 : “Le domaine de l’action est aléatoire, très incertain. Il nous impose une conscience très aiguë des aléas, dérives, bifurcations […] L’action suppose la complexité, c’est-à-dire aléa, hasard, initiative, décision, conscience des dérives et des transformations.”

10 Le principal objet de la théorie des jeux est la modélisation des facteurs de décision en situation d’incertitude. Voir John Von Neumann et Oskar Morgenstern, Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton University Press, 1953, p. 35.

11 Voir “Entretien B4” : “On ne peut pas oublier que Dagmar était la maîtresse du protagoniste et que Helga est une fille qu’il a violée. On ne peut pas désapprendre cela en lisant, même en prenant la décision de lire et de passer outre. Je ne vois pas comment on peut réellement faire. On aura toujours l’impression de se dire : “Oui, j’imagine cela mais je sais que ce n’est pas vrai”. Donc oui, c’est comme s’il y avait une vérité.”



Citer ce billet
Sébastien Wit (2020, 5 novembre). Face à l’incertitude : lecture et prises de risque. Romans du hasard. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://romanshasard.hypotheses.org/84