L’entretien de lecture : biais et objectifs

Le corpus de Romans du hasard se prête aisément à l’expérience introspective. Influencés par la psychologie jungienne, Calvino, Cortázar et Dick construisent, en effet, de véritables romans-miroirs1. De même, en raison de sa structure, Composition no 1 de Saporta place le lecteur face à ses propres habitudes de lecture. Dans la mesure où elles invitent à dépasser l’instance auctoriale, ces formes littéraires déplacent l’objet de l’analyse sur la personne du lecteur devenu auteur.

Sur le modèle des entretiens d’écoute musicale, j’ai procédé au cours de l’année 2016 à une série d’entretiens de lecture. Situation de face-à-face, la forme d’entretien peut biaiser en partie l’expérience lectrice2. Cependant, pris en considération dans le traitement des données, ce biais n’influe que légèrement sur l’analyse des stratégies de lecture. La situation d’entretien met davantage en jeu des phénomènes émotionnels. Bien que le cognitif et l’affectif ne soient pas complètement dissociables, l’état émotionnel ne modifie pas les modalités de mise en œuvre des processus cognitifs ; l’affectif agit uniquement sur l’état d’activation de la cognition (activation totale, partielle ou nulle).

Relativement simple, le protocole suivi lors des entretiens a pour objectif la production lectoriale d’une forme péri-narrative, orale ou écrite. Ayant à sa disposition plusieurs feuillets de Composition no 1 (entre cinq et dix selon les cas), le lecteur communique sa version de l’intrigue du roman. Il est invité à raconter ce qu’il a compris. Sur le plan communicationnel, ce compte-rendu de lecture correspond à une mise en scène du moi lisant. En biaisant le contexte de lecture, la forme de l’entretien favorise une telle narrativisation. Le lecteur ne se contente pas de restituer sa compréhension ; il se met en discours face à son propre lecteur (la personne menant l’entretien). Néanmoins, l’entretien n’est pas le lieu d’une véritable mise en récit. Lorsqu’il verbalise, le lecteur construit une forme péri-narrative. Mis face à une matrice herméneutique à l’intrigue lacunaire, il raconte l’histoire de sa compréhension. Certes, l’interprétation ne constitue pas un récit à part entière. Néanmoins, elle n’est pas non plus exempte de traces narratives. Le Château des destins croisés de Calvino constitue le parfait exemple de cet état péri-narratif. Le texte ressemble à une histoire, sans réellement en être une : il n’y a pas de récit, uniquement des pistes narratives à examiner.


1 À ce propos, voir les chapitres VI et VII de Romans du hasard.

2 En cela, l’entretien de lecture présente les mêmes biais qu’un entretien d’écoute. Voir Antoine Hennion, “Les usagers de la musique. L’écoute des amateurs” dans Circuits : musiques contemporaines, vol. 14, no 18, 2004, p. 16 : “La verbalisation obtenue modifie le rapport de l’interviewé à ce dont il parle au fur et à mesure qu’il s’exprime, elle se fait en réaction à la situation d’entretien : jeu d’opposition et de séduction par rapport à l’intervieweur, anticipations d’attentes réelles ou supposées, etc.”



Citer ce billet
Sébastien Wit (2020, 5 novembre). L’entretien de lecture : biais et objectifs. Romans du hasard. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1q