Philip Kindred Dick, “Le Maître du Haut Château” (1962)

De prime abord, Le Maître du Haut Château (1962) de Philip K. Dick ne se présente pas comme un roman combinatoire1. Appartenant au genre de la science-fiction, le roman relève du récit contrefactuel. Il dépeint un monde dans lequel les Nazis ont remporté la Seconde Guerre mondiale. Dans cet univers perpétuellement sous la menace d’un conflit armé entre l’Allemagne et le Japon, le lecteur suit la tranche de vie de divers personnages : Frank (le Juif ayant échappé aux rafles), Juliana (la femme de Frank), Baynes (l’espion allemand), etc. Les États-Unis n’existant plus, l’intrigue prend place dans les États-Pacifiques d’Amérique, une zone de la côte Pacifique de l’Amérique du Nord sous domination nippone. Quant à la côte Est, elle est contrôlée par le iiie Reich. Entre les deux, a été délimitée une zone neutre au sein de laquelle se situe le Haut Château de Hawthorne Abendsen, l’écrivain du Poids de la sauterelle. Roman dans le roman, ce récit alternatif raconte la victoire des Alliés en 1945. Tiré de l’Ecclésiaste, le titre du Poids de la sauterelle marque l’impuissance de l’homme à porter le poids du monde, – et celui de la vérité2.

Le Maître du Haut Château rejoint les autres textes du corpus par la place qu’y tient le Yi King, le Livre des mutations de la tradition chinoise. Décryptant l’avenir à l’aide d’un lancer de pièces ou de tiges d’achillée, le Yi King est une pratique divinatoire qui lie intimement hasard et destinée. Dans son fonctionnement, l’oracle relève des principes de la combinatoire3. Il transforme le hasard (celui agençant les pièces ou les tiges) en textes à interpréter. Tout au long du Maître du Haut Château, les personnages ont fréquemment recours au Yi King. L’oracle leur sert à appréhender le monde qui les entoure, au point de devenir le fil rouge du roman. La fin du récit coïncide d’ailleurs avec la révélation du rôle du Yi King dans l’écriture du Poids de la sauterelle. En cela, Abendsen représente un parfait miroir de Dick, l’écrivain ayant lui-même consulté l’oracle durant de nombreuses années, – et ce quotidiennement. C’est à travers ces tirages successifs qu’il a composé l’intrigue du Maître du Haut Château, tout à la fois résultat et mise en scène d’une pratique divinatoire4.


1 Philip Kindred Dick, Le Maître du Haut Château [The Man in the High Castle, 1962], trad. Michelle Charrier, Paris, J’ai lu, 2012.

2 Voir Jean-Julien Weber (dir.), Le Livre de Job. L’Ecclésiaste. Texte et commentaire, Paris/Tournai/Rome, Desclée & Cie, 1947, 12-5, p. 318 : “C’est aussi la crainte des hauteurs, / et les terreurs dans le chemin ; / Et l’amande est rejetée, / et la sauterelle devient lourde, / et la câpre n’a plus d’effet : / Car l’homme s’en va à sa maison d’éternité, et les pleureurs rôdent dans la rue.”

3 D’ailleurs, dans sa typologie, Chow reconnaît au Yi King le statut de générateur textuel en le classant dans la même catégorie que Composition no 1 de Saporta et Le Château des destins croisés de Calvino. Voir K. K. N. Chow, “Operating Text and Transcending Machine: Toward an Interdisciplinary Taxonomy of Media Works” dans Leonardo, vol. 41, no 4, 2008, p. 376.

4 Voir Laurent Queyssi, “Vers le Haut Château. Postface” dans Le Maître du Haut Château, p. 346-347.



Citer ce billet
Sébastien Wit (2021, 23 février). Philip Kindred Dick, “Le Maître du Haut Château” (1962). Romans du hasard. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts20