Italo Calvino, “Le Château des destins croisés” (1969-1973)

Écrit entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, Le Château des destins croisés d’Italo Calvino se situe au point de jonction entre l’expérimentation divinatoire et le passage à la littérature informatique1. Correspondant étranger de l’Oulipo2, le Calvino du début des années 1970 fait le lien entre la combinatoire héritée de Queneau et la création à venir d’Alamo3. Avant Si par une nuit d’hiver un voyageur (1979), Le Château des destins croisés constitue la première véritable expérience oulipienne du romancier italien. Le texte se fonde sur un principe simple. À partir d’un jeu de tarots, Calvino imagine une série d’histoires courtes reprenant les éléments des différentes cartes. Matériellement, chaque tarot est ensuite reproduit en marge du texte. Par ce procédé, l’objet divinatoire se transforme en une matrice d’écriture, en un “carré magique” dans lequel les tarots servent de prototype aux carrés bi-latins expérimentés par les Oulipiens à partir des années 19704.

Si la rédaction du Château des destins croisés s’étale sur quatre années, c’est parce que l’ouvrage se compose de deux sections autonomes. La première, intitulée “Le château des destins croisés”, est publiée en 1969. Elle raconte l’arrivée d’un homme dans un château perdu au milieu de la forêt. Il y rencontre d’autres voyageurs, eux aussi égarés. Rapidement, le narrateur s’aperçoit que tout le monde, lui compris, a perdu l’usage de la parole. Le maître des lieux sort alors un jeu de tarots, que chacun va utiliser afin de raconter sa propre histoire5. Parue en 1973, la seconde section du Château des destins croisés se nomme “La taverne des destins croisés”. Alors que la version de 1969 utilise une version italienne du jeu de tarots (les tarots de Mantegna), “La taverne des destins croisés” reprend la même situation (des voyageurs atteints de mutisme), mais avec les tarots de Marseille. Mêlant la combinatoire au tarot divinatoire, Le Château des destins croisés se rapproche à la fois de Composition no 1 et de Marelle6. Cependant, alors que Composition no 1 et Marelle font porter la combinatoire sur la lecture, la combinatoire du Château des destins croisés est le fait de l’écrivain.


1 Italo Calvino, Le Château des destins croisés [Il castello dei destini incrociati, 1969-1973], trad. Italo Calvino et Jean Thibaudeau, Paris, Seuil, 1976.

2 Cf. Anna Botta, “Calvino and the Oulipo: An Italian Ghost in the Combinatory Machine?” dans MLN, vol. 112, no 1, 1997, p. 81-82.

3 L’ “Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs” naît au début des années 1980 et constitue l’héritier informatique de l’Oulipo. Sur ce point, voir Claudia Kozak, “Poésie numérique et politiques d’événement” dans Jonathan Pollock (dir.), Pratiques du hasard. Pour un matérialisme de la rencontre, Saint-Estève (France), Presses Universitaires de Perpignan, 2012, p. 129.

4 L’usage du carré bi-latin se fait dans le prolongement des expériences de bifurcation combinatoire des années 1960. Entre ces deux décennies, on passe d’un Oulipo à la Queneau (celui d’Un conte à votre façon) à un Oulipo à la Perec (La Vie mode d’emploi, écrit justement à partir d’un carré bi-latin). Sur ce point, voir Claude Berge, “Pour une analyse potentielle de la littérature combinatoire” dans Oulipo, La Littérature potentielle (Créations Re-créations Récréations), Paris, Gallimard, 1973, p. 51.

5 On reconnaîtra les effets de symétrie entre le début du Décaméron et le texte de Calvino ; cf. Boccace, “Première journée, introduction” dans Décaméron, éd. Christian Bec, trad. Marthe Dozon, Catherine Guimbard et Marc Scialom, Paris, Librairie Générale Française, 1994, p. 55.

6 Dans sa typologie des dispositifs textuels, Chow regroupe lui aussi les romans de Saporta et de Calvino dans la catégorie des textes formés à partir d’une base de données textuelles. Voir Kenny K. N. Chow, “Operating Text and Transcending Machine: Toward an Interdisciplinary Taxonomy of Media Works” dans Leonardo, vol. 41, no 4, 2008, p. 376-377.



Citer ce billet
Sébastien Wit (2021, 23 février). Italo Calvino, “Le Château des destins croisés” (1969-1973). Romans du hasard. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1z