Julio Cortázar, “Marelle” (1963)

Monument de la littérature argentine, Marelle de Cortázar constitue un symbole pour la jeunesse des années 1960 et 19701. Circumnavigation entre Paris et Buenos Aires, le roman s’adresse à une génération en quête de transcendance, prise qu’elle se trouve entre Guerre froide, mondialisation culturelle et processus de décolonisation2.

Sur le plan formel, Marelle s’avère relativement proche de Composition no 13. Riche de ses 155 chapitres, le texte de Cortázar propose deux ordres de lecture. Le premier est linéaire, le second est alternatif. Même si la forme du roman demeure reliée, chaque chapitre est comme une carte dont on peut modifier l’emplacement au sein du livre, – la métaphore des tarots étant d’ailleurs actualisée au sein même du roman4. La section “De l’autre côté” raconte la vie de Horacio à Paris, alternant nuits d’amour avec la Sibylle et soirées en compagnie des membres du Club du Serpent. Au milieu de cette vie parisienne, Horacio se trouve constamment tiraillé entre ses aspirations intellectuelles et la naïveté (ignorante) de la Sibylle. “De l’autre côté” s’achève avec la mort du fils de la Sibylle : Rocamadour. À son tour, cette dernière finit par disparaître ; le texte laisse penser qu’elle s’est jetée dans la Seine. “De ce côté-ci” fait le récit du retour de Horacio à Buenos Aires. Après un passage par Montevideo (la ville natale de la Sibylle), Horacio y retrouve son ami Traveler ainsi que Talita, la femme de ce dernier en qui Horacio reconnaît l’image de la Sibylle. Enfin, la section “De tous les côtés” regroupe un ensemble fragmentaire. A priori, les chapitres n’ont aucun rapport les uns avec les autres. Certains reviennent sur le passé des personnages des sections précédentes ; d’autres ajoutent des scènes aux intrigues de Paris ou de Buenos Aires. Structurellement, les chapitres de cette section constituent le matériau permutationnel du roman, et sont autant de générateurs de hasard à l’intérieur de l’œuvre.


1 Julio Cortázar, Marelle [Rayuela, 1963], trad. Laure Guille Bataillon et Françoise Rosset, Paris, Gallimard, 1966.

2 Voir David Viñas, “Después de Cortázar, historia y privatización” dans Cuadernos Hispanoamericanos, Madrid, vol. 78, no 243, 1969, p. 739-743.

3 Comme pour Saporta, une comparaison – dans ce cas peu flatteuse – a pu être établie entre Cortázar et le Nouveau Roman. L’écrivain a été assimilé à un simple ersatz argentin du mouvement français. Sur ce point, voir James E. Irby, “Cortázar’s “Hopscotch” and Other Games” dans NOVEL: A Forum on Fiction, vol. 1, nº 1, 1967, p. 64.

4 Cf. Marelle, p. 64 et p. 531.



Citer ce billet
Sébastien Wit (2021, 23 février). Julio Cortázar, “Marelle” (1963). Romans du hasard. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1y