Marc Saporta, “Composition n° 1” (1962)

Paru en 1962, Composition no 1 est l’exemple typique du roman combinatoire1. À cette date, Saporta a déjà publié : Le Furet (1959), La Distribution et La Quête (les deux en 1961). Associé par la critique de l’époque au Nouveau Roman, il est comparé à Robbe-Grillet2. Avant-dernière œuvre de fiction de l’auteur, Composition no 1 mêle opacité de la focalisation et déstructuration formelle3. Précédé d’un texte liminaire, le roman invite le lecteur à déchirer le livre. À la manière d’une cartomancienne, il devra ensuite mélanger les cent cinquante pages et les lire dans cet ordre. Afin de rendre possible une telle lecture, chaque feuille correspond à une unité syntaxique (la dernière phrase se termine toujours sur la page). Matériellement, le texte n’est imprimé que d’un seul côté.

Faisant intervenir le hasard des cartes dans l’œuvre littéraire, Composition no 1 mêle le romanesque à l’imaginaire divinatoire. Le texte raconte (à défaut d’un meilleur terme) l’histoire de X, dont la destinée dépend de l’ordre des feuillets. À chaque page, le lecteur assiste à une scène tirée de la mémoire de ce mystérieux personnage, qui est introduit à la fois comme un voleur et un violeur ; à la charge du lecteur de tenter de reconstituer un récit avec ce que le livre veut bien lui fournir. Au fil des feuillets, le roman s’enrichit de nombreux personnages, dont certains sont récurrents : Marianne (la femme de X), Dagmar (sa maîtresse), Helga (la jeune fille dont il abuse), etc. ; d’autres, en revanche, n’apparaissent qu’une seule fois : c’est le cas de Jeannette, de Lise, ou encore de Lucas. Quant au cadre spatio-temporel, il évolue constamment. Passant aléatoirement d’un village occupé par les Allemands à l’appartement de Dagmar ou à une cour d’école, l’intrigue de Composition no 1 est livrée au hasard le plus débridé.


1 Marc Saporta, Composition no 1, Paris, Seuil, 1962. Le roman n’étant pas paginé, la numérotation des feuillets utilisée sur ce site suit l’ordre dans lequel ils apparaissent dans la version reliée du livre.

2 Néanmoins, Saporta rappelle que Robbe-Grillet lui-même jugeait ses romans trop hétérodoxes. Voir Marc Saporta, “Marc Saporta par Marc Saporta” dans Bérénice : rivista quadrimestrale di letteratura francese, no 15, 1985, p. 163-186.

3 Saporta ne publiera plus aucun roman après Les Invités (1964). Il se consacrera uniquement à son activité de traducteur et de critique.



Citer ce billet
Sébastien Wit (2021, 23 février). Marc Saporta, “Composition n° 1” (1962). Romans du hasard. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ts1x